les guerriers celestes Index du Forum
les guerriers celestes
Les guerriers célestes sont des guerriers venus d autre monde afin de s eclater sur BK et creer de nouvelles amitiés
 
les guerriers celestes Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Le Testament Des Brumes ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les guerriers celestes Index du Forum -> Loisirs -> Histoires et récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Raziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 1 Fév - 16:03 (2012)    Sujet du message: Le Testament Des Brumes Répondre en citant

Le Testament des Brumes

Obolet régnait jadis sur un royaume florissant. Sa sagesse et sa valeur au combat lui apportèrent la gloire et l'amour de son peuple.

Une seule personne était plus aimée encore que lui : sa demi-sœur Araïde. Sa grâce et sa douceur étaient telles que n'importe quel chevalier aurait donné sa vie pour elle sans aucune hésitation. Si on en croit les légendes, jamais il n'y eut de femme avec une telle noblesse de cœur.

Encore aujourd'hui, les griffons brament son nom avec mélancolie... Mais je devrais peut-être commencer mon histoire dans des temps plus reculés.

Chapitre 1 - Obolet et Araïde

Le père d'Obolet mourut en pleine force de l'âge, alors qu'il défendait les frontières du royaume avec ses chevaliers contre des hordes de barbares. Sa mort plongea tout le royaume dans le deuil.

Léande, sa fidèle reine, jura par amour de ne jamais plus prendre mari. Seule avec trois dames de compagnie, elle se retira dans le château isolé de Derandur. Son serment provoqua les lamentations de son peuple, car il la savait condamnée à une éternelle solitude.

Obolet, qui n'était encore qu'un jeune garçon, dût endosser le lourd fardeau du pouvoir. Le perte de son père et la douleur de sa mère lui pesaient énormément.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, les ennemis menaçaient le royaume dont il avait hérité de toutes parts. Il avait également des ennemis à l'intérieur. Des chevaliers avides de pouvoir qui virent en sa jeunesse une faiblesse qu'ils pourraient utiliser à leur profit, afin de s'emparer de la couronne.

Durant plus de dix années, le jeune régent défendit sa couronne et son peuple, mais sa situation était de plus en plus désespérée.

Un jour pluvieux, un messager se présenta à Obolet. Ce dernier était assis devant une cheminée et lisait avec abattement les rapports de ses éclaireurs. Après s'être incliné devant son roi, le messager l'informa que deux dames de la noblesse étaient arrivées au château et souhaitaient se mettre au service de leur souverain.

Ravi de ce rayon de soleil en ces jours sombres, il les fit entrer immédiatement.

Avant qu'elles n'entrent, le messager annonça Dame Théa et Dame Araïde. Théa était une digne dame d'un certain âge qui n'avait cependant rien perdu de sa grâce.

Obolet reconnut immédiatement en elle l'une des trois dames de compagnie qui avaient accompagné sa mère à Derandur. Bien qu'il mourrait d'envie de la questionner abondamment, il ne put détacher son regard de celle qui l'accompagnait.

Le manteau et la capuche que portaient Araïde, confectionnés d'un superbe et rarissime plumage, laissaient à peine entrevoir sa silhouette délicate.

Rares sont les Hommes qui ont l'occasion de rencontrer les nobles créatures qui ont une tel plumage. Ceux qui ont eu ce privilège auraient reconnu tout suite qu'il s'agissait de plumes de griffon

Avant qu'Obolet n'ait dit un mot, Théa prit la parole : "Noble roi, je vous transmets les salutations de votre mère. Elle pleure tous les jours votre perte commune. Elle m'envoie à vous pour vous apporter l'espoir, mais également pour vous confier une tâche." Obolet accepta sans discuter, il ne pouvait s'opposer à un désir de sa mère.

Théa continua : "votre mère vous demande de prendre la jeune Araïde sous votre protection. Avant de vous en dire plus, soyez assuré que votre mère a respecté son serment. Aucun homme ne fût autorisé à l'approcher. Vous devez cependant savoir qu'Araïde est votre demi-soeur."

À cet instant, le jeune femme retira sa capuche. Le doute et le malheur disparurent instantanément du cœur d'Obolet. Un seul regard dans les yeux d'Araïde, étincelants d'un vert émeraude et dégageant douceur et sagesse malgré sa jeunesse, avait suffi à effacer les tourments de ces jours troublés.

Obolet prit sa nouvelle sœur dans ses bras et fit le serment de la protéger et de se battre en son nom.

C'est alors qu'Araïde prit la parole : "Mon bien-aimé frère, jamais paroles ne m'ont tant réjouie. Mais n'oubliez pas le message de votre mère : je n'ai pas seulement été envoyée comme fardeau, j'apporte également un espoir nouveau. Quand le temps sera venu, vous apprendrez de quoi il s'agit."


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Fév - 16:03 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les guerriers celestes Index du Forum -> Loisirs -> Histoires et récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com